Inox ou cuivre, lequel choisir ? 

A l’instar des alambics conçus pour la distillation des eaux-de-vie, les alambics traditionnels sont fabriqués en cuivre. Il faut dire que le cuivre est un bon conducteur, de plus, ce matériau est plutôt facile à travailler. Toutefois, l’utilisation de l’inox en lieu et place du métal de Vénus est de plus en plus à la mode aujourd’hui pour des questions de facilité d'entretient.

A ce jour, les estimations indiquent que 70% à 75% des alambics en fonctionnement seraient en cuivre. Pour des questions d'histoire et de tradition.

 

Chez achatalambic.com, nous savons que l'inox n'est pas un alliage pertinent du fait de sa pauvre conductibilité, et ce, même s’il est plus solide que le cuivre (ce qui peut être utile pour les alambics à pression ou intégrés de systèmes sous vide), et qu’il bénéficie d’un aspect immaculé et des qualités inoxydables.

 

Pour les adeptes de l’inox, le cuivre contient certaines propriétés qui sont de nature à contaminer le métal dans les essences. Or, nous n’avons jamais vu d’analyses qui prouve une contamination par le cuivre, ou encore qui prouve toute absence de contamination par l’inox (d’ailleurs, il est difficile d’avoir un avis tranché sur la nature inoffensive soi-disant de cet alliage pour le moins récent et n’ayant pas encore fait l’objet de nombreux études…). Néanmoins, il faut souligner que l’inox contient tout de même du chrome et du nickel.

 

En effet ; d’une part, il faut considérer que l’utilisation du cuivre ne date pas d'aujourd’hui et donc, qu’il est presque impossible qu’il ait créé des nuisances que l’on n’aurait pas depuis tout ce temps cherché à résoudre de façon notoire ; et d’autre part, considérer le fait que les HE distillées dans l’inox ne sont pas de meilleure qualité que celles obtenues à partir des matériaux classiques. En outre, l’on retrouve dans le cuivre, un sous-produit de distillation dont l’existence mérite d’être soulignée et qui n’est pas isolé par les alambics en inox. Il s’agit du crape ou résidu (« the crap » en anglais) qui est une sorte de lie aromatique et épaisse que l’on trouve parfois sous l’huile dans l’essencier et qui pourrait avoir des qualités précieuses. 

 

Au demeurant, il faut mieux bien s’informer sur les qualités de l’alambic en inox avant de chercher à remplacer le cuivre (qui relève d’une vieille tradition ayant fait ses preuves) par ce dernier.

 

Pour terminer, qu’il s’agisse d’un alambic en cuivre neuf ou d’occasion, il est possible de se le procurer à un prix abordable et accessible à tous, ce qui n’est pas forcément le cas pour l’alambic en inox neuf qui coûte cher et dont la fabrication n’est envisageable que dans un cadre industriel.